Automne

Le 22 septembre, le jour de l'équinoxe, l'automne commence. La lumière devient dorée, l'été indien est comme un dernier sursaut de chaleur avant l'hiver. L'air est plus frais mais toujours doux. Un sentiment de clarté s'installe. L'odeur est particulière, variée mais pas douce et délicate comme toujours l'été, plutôt profonde. Toutes les fleurs aux petits pétales brillent de mille couleurs.

Les fêtes de la Saint-Michel et des récoltes Merci sont les premières que nous célébrons en automne. En novembre suit la Saint-Martin, la fête des lanternes et finalement, une grande partie de l'Avent se situe également en automne.

Lorsque les jours deviennent plus frais et plus sombres, il n'y a presque rien de plus agréable que de passer de l'extérieur au chaud et au sec et de se réchauffer avec une tasse de thé ou de chocolat chaud.

Équilibre des jours et des nuits

L'équinoxe est un phénomène particulier : il s'applique indépendamment de l'endroit où l'on se trouve sur la Terre. Alors qu'à l'équateur, les jours ont la même durée que les nuits tout au long de l'année, les différences augmentent au nord et au sud de l'équateur dans le sens des solstices. Pendant les mois d'été, les jours sont plus longs que les nuits, tandis qu'en hiver, c'est l'inverse. Le jour de l'équinoxe, les hémisphères nord et sud échangent pratiquement leurs différences. Ce jour-là, le jour et la nuit ont exactement la même durée, quel que soit l'endroit où l'on se trouve sur la Terre.

Avec la diminution de la lumière et de la chaleur, les forces vitales de la nature se retirent également. En octobre, les feuilles des arbres se colorent, le brouillard recouvre les prairies, les forêts et les lacs. Les dernières mûres, déjà un peu acides, peuvent être cueillies, les pommes sont mûres et tombent presque d'elles-mêmes dans les paniers de récolte. Les citrouilles sont orange et les dernières pommes de terre peuvent être récoltées et cuites sur le feu dans une délicieuse soupe de Thanksgiving. Puis nous disons adieu à l'abondance de l'été. Commence alors une période de réflexion intérieure et de recherche de la lumière intérieure.

Les êtres de la nature

Sur la table des saisons, les nains s'ébattent. De même que nous pouvons nous tourner davantage vers l'intérieur après la joie de vivre de l'été, les êtres élémentaires se retirent également dans la terre.

Rudolf Steiner écrit à ce sujet :

"Ce cycle annuel, que l'homme célébrait autrefois par des périodes de fête, parce qu'une sorte de conscience plus instinctive agissait, a encore un autre aspect... Pendant l'hiver, la terre est, on peut dire, unie à ses esprits élémentaires. Les esprits élémentaires s'enfoncent dans le sein de la terre, y habitent avec les racines des plantes qui se préparent et les autres entités de la nature qui sont dans le sein de la terre pendant l'hiver. Puis, lorsque le printemps arrive, la terre expire en quelque sorte son essence élémentaire ; les esprits élémentaires sortent comme d'un tombeau, montent dans l'atmosphère. Alors qu'en hiver ils ont absorbé la légalité interne de la terre, ils acquièrent de plus en plus, à l'approche du printemps et surtout de l'été, cette légalité dans leur essence et leur tissage, qui leur est imposée par les étoiles du cosmos et leurs mouvements. Et lorsque le plein été est là, il y a un tissage et une vie à l'extérieur, autour de la terre, parmi les êtres élémentaires qui étaient calmes et tranquilles pendant l'hiver sous la couche de neige, il y a une agitation et un tourbillon parmi ces êtres élémentaires dans les mouvements, dans les relations mutuelles qui sont déterminées par les lois des mouvements planétaires, par les lois de la formation des étoiles fixes et ainsi de suite. Et lorsque l'automne arrive, ces êtres élémentaires reviennent en quelque sorte vers la Terre. Puis ils se rapprochent à nouveau de la terre, reçoivent de plus en plus les lois terrestres, pour revenir à nouveau, être en quelque sorte respirés par la terre pendant l'hiver, où ils seront à nouveau tranquilles et calmes dans le giron de la terre" (Rudolf Steiner, GA 229, p.11 et suivantes).